To sidebar

lundi 20 avril 2020

De la légitimité

Participation citoyenne et délibération

Bonjour,

Un petit billet pour mettre les points sur les "I". J'entends souvent des bêtises disant qu'une assemblée citoyenne tirée au sort (ACTAS) détiendrait un "pouvoir".
Il n'est pas question de donner un pouvoir direct à ces assemblées. La raison est simple: on ne délègue pas de pouvoir, au sens le plus radical, par le sort. C'est même ce qu'il y aurait de pire étant donné que le peuple n'a pas lui-même décidé des membres qui composent ces assemblées et qu'on n'est jamais à l'abri de la spoliation du pouvoir d'une section du peuple.

La légitimité d'une ACTAS se défend simplement par sa possibilité de proposer un texte sorti des délibérations de cette assemblée. C'est là que le reste du peuple peut accepter ou refuser, même partiellement, ce texte. Et là, le pouvoir du peuple entier se manifeste.
Le peuple peut réagir et proposer quelques corrections par un système fiable qu'il sera bon de mettre en place "en chemin". Oui, en chemin puisqu'on n'a jamais testé cette méthode de distribution du pouvoir. On ne sait pas encore ce qui est valable ou implique un biais quelconque. C'est donc l'expérience qui nous permettra de roder ce système pour le rendre efficace et équitable.

C'est ce qu'il faudrait expliquer aux détracteurs du tirage au sort, en plus du fait que les membres d'une assemblée seront formés et informés des enjeux de leurs débats. "On risque de tomber sur des cons" n'est pas une réponse valable pour s'y opposer puisque, d'une part, on ne peut pas traiter tous les gens de cons en s'excluant du lot (ce qui fait de soi-même un con plus con que les autres, NDMM), et d'autre part, le peuple est plus à même d'évaluer ce dont il a besoin, à court et long terme, que les soi-disant puissants qui nous dirigent actuellement. En gros, ça ne pourra pas être pire à condition d'éclairer au mieux l'opinion publique.

Avec le tirage au sort, tout le monde est à égalité, politiquement parlant. On n'est pas égaux en intelligence, en beauté, en capacité d'analyse, en qualification professionnelle... Mais en politique, une voix vaudra une voix sans autre distinction. Un pauvre égale un riche, un ignorant égale un sachant. C'est la décision finale du peuple, qu'il faudra éclairé donc, qui donnera toute sa légitimité au texte proposé et modifié.

Il n'a jamais été et ne sera jamais question de choisir un président de la république, un député ou qui que ce soit d'autre par tirage au sort. On cherche la démocratie et non un système de domination "au p'tit bonheur la chance". La démocratie, pouvoir du peuple, se construit collectivement. Une ACTAS n'a pas de pouvoir mais un devoir. Celui de satisfaire le plus grand nombre sans léser le petit nombre. Il y a un équilibre à trouver pour assurer la protection des minorités en légitimant la position d'une majorité.

Vala vala
@ Ciao

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.ascetik.fr/index.php?trackback/32

Fil des commentaires de ce billet

© Blog Ascetik.fr, after the WP Dusk To Dawn theme Propulsé par Dotclear