To sidebar

mardi 31 mars 2020

Des vessies et des lanternes

Citoyens VS électeurs: la confusion

Bonjour,

Je voudrais porter l'attention du lecteur (de la lectrice) à une erreur qu'il/elle fait souvent. Il s'agit du mot "citoyen", mot qu'on va retrouver plusieurs fois dans ce billet. On parlera implicitement de citoyens actifs. Il y a une grande confusion autour de ce mot. Les électeurs se considèrent citoyens et pensent voter quand ils ne font qu'élire.

Un peu de vocabulaire

Je rappelle ici que les définitions données sont pompées chez CNRTL et correspondent au contexte de ce billet.
Qu'est ce qu'un citoyen actif, exactement? Le dictionnaire nous dit:

Ceux qui, payant une contribution, ont droit de vote.

Et pour l'électeur:

Personne qui jouit du droit de participer à une élection.

La distinction à faire est entre vote et élection. C'est quand même pas la même chose!
Le vote:

(DR. CONSTIT.) Acte par lequel un citoyen participe, en se prononçant dans un sens déterminé, au choix de ses représentants ou à la prise d'une décision.

On remarque ici la prise de décision, qui exprime donc le droit de décider, et aussi la possible utilisation de ce mot dans le cadre de l'élection.
L'élection:

Procédure par laquelle des électeurs portent leurs suffrages sur les candidats qu'ils chargent de les représenter dans des assemblées administratives de ressort et de compétence variables.

Ici, on ne décide de rien. On désigne quelqu'un qui aura ce pouvoir de décision. On délègue. On renonce à décider soi-même en choisissant quelqu'un qui le fera "pour nous".

Et alors?

On n'est pas nombreux à avoir lu la constitution de la V° République. Mais tout est dedans. Déjà, en s'y penchant de plus près, on peut remarquer que ce texte fait la distinction entre électeurs et citoyens. L'article 1 mentionne les citoyens sans les définir. Par contre les électeurs sont définis dès l'article 3.
L'article 34 (Titre V - DES RAPPORTS ENTRE LE PARLEMENT ET LE GOUVERNEMENT) limite aux seuls citoyens le droit de faire les lois:

La loi fixe les règles concernant :
les droits civiques et les garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l'exercice des libertés publiques ; la liberté, le pluralisme et l'indépendance des médias ; les sujétions imposées par la défense nationale aux citoyens en leur personne et en leurs biens.
...

Il ne s'agit pas des électeurs mais bien des citoyens. Il y a d'autres exemples, on ne va pas tous les passer en revue. Si vous êtes curieux, allez donc voir. C'est par là. La compréhension de ce texte varie selon que l'on distingue ou confond ces deux termes. Et c'est souvent là qu'on se fait avoir.

Retour rapide

J'imagine déjà la confusion instillée dans l'esprit de la plèbe par la bourgeoisie à l'époque de la révolution française. Il suffit d'utiliser le mot "citoyen" de façon à ce que tout le monde se sente concerné. Imaginez le discours qui commence par "Citoyens, citoyennes..." et tout le monde de se sentir visé alors que le discours ne s'adressait qu'aux autres bourgeois et non pas aux "gueux".
Mais c'est très facile de faire ça, quand on a l'instruction et pas les autres. Les bourgeois avaient déjà compris qu'ils pouvaient jouer sur le manque de culture du reste du peuple, qui souvent savait à peine lire. Si l'école obligatoire a depuis fait du chemin, c'était plus pour éduquer à la confusion que de développer l'esprit critique chez les gosses, et même plus tard en grandissant.

Et maintenant?

On est restés des gosses. On ne décide pas, on désigne quelqu'un pour le faire. Des gamins qui choisissent leur nounou. Les électeurs sont des enfants politiques qui choisissent leurs tuteurs, pensant naïvement choisir un mandant qui respectera leurs souhaits. Et ce sont ces tuteurs qui seront citoyens, qui voteront les lois.
Les élections à une trop grande échelle ne sont qu'un moyen de choisir qui nous enchaîne à une politique ultralibérale. Ce sont les possédants qui ont un vrai pouvoir sur la classe politique. Ceux qui pèsent sur les marchés financiers et qui contrôlent la monnaie. Sont-ils des citoyens pour autant? Non, mais ils ont la possibilité de mettre leurs pions dans le grand jeu du pouvoir. La constitution le leur permet.

Conclusion

Je vous invite alors à faire la distinction entre ces deux termes et de revoir tous les concepts qui s'y rapportent. L'utilisation et la bonne compréhension des mots sont capitales pour éviter de se faire avoir.
On ne sera citoyens que quand on prendra le pouvoir de voter les lois. On ne sera citoyen que quand on saura prendre ses responsabilités devant l'organisation de la société. Quand on sera des adultes politiques.

Vala vala
@ Ciao

Commentaires

1. Le mardi 31 mars 2020, 17:18 par Wikicrate

On ne peut être totalement citoyen tant qu'on ne s'intéresse pas à la Constitution.
Cela pourrait se concevoir si nous avions une Constitution satisfaisante, mais tant que l'on n'a pas le RIC, tant qu'il y a le 49-3, tant que les pouvoirs ne sont pas séparés, c'est se la péter que de se prétendre citoyen si on n'est pas constituant.
Etre électeur n'est pas être citoyen, c'est participer à l'abdication de sa souveraineté.
En mode "relax", c'est plus parlant pour beaucoup de gens
Mais si le "mode relax" c'est d'oublier le message, cela peut être contre productif d'être parlant en mettant aux oubliettes l'exigence constituante.
En revanche cette occasion de te répondre est un supplément qui peut rattraper le coup.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.ascetik.fr/index.php?trackback/30

Fil des commentaires de ce billet

© Blog Ascetik.fr, after the WP Dusk To Dawn theme Propulsé par Dotclear